Les poses photographiques étaient tirées en positifs sur papier, découpées et recollées sur des bandes cartonnées courbes afin de bien s’intégrer dans les tambours du Stéréo-cinéma. Chaque vue était composée de 4 bandes de 9 poses (2 pour l’œil droit, 2 pour l’œil gauche, soit 18 poses pour chaque œil) désignées D1, D2 et G1, G2. Celles-ci ont été dispersées, parfois réduites (6 poses au lieu de 9). Le nombre exact de vues ne nous est pas connu. Dessin annexé au brevet n° 379.483 - figure 4

Les Portraits représentaient les membres de la famille d’Émile Reynaud, Paul et André, ses fils, et Marguerite, son épouse, dans des scènes de la vie courante :

  • Paul en uniforme et André fumant une cigarette
  • André jouant du violon
  • Marguerite cousant près d’une fenêtre
  • André lisant le journal[1]

Retour à la page des inventions
Voir la transcription du brevet d’invention du Stéréocinématographe (1902).

Notes

[1] Les 4 bandes de ce portrait sont actuellement installées dans le Stéréo-Cinéma, au Musée des Arts et Métiers (secteur communication, appareil désigné comme étant un praxinoscope binoculaire stéréoscopique)